SZABADSÁG

[prononcer sa-bad-chag]

Les musiques traditionnelles recèlent l’âme du monde. Empreintes de son Histoire, merveilleuse ou tragique, elles préservent un héritage, assurent sa transmission au fil du temps.
Le duo Szabadság réunit Ariane Cohen-Adad, violoniste franco-sefarade et Jefferson Louvat, mandoliniste belgo-magyar. Ensemble ils croisent leurs histoires mêlant des musiques d’Europe de l’Est, Klezmer-Balkans, avec celles d’Amérique du Nord, Bluegrass et folk Irlandais.

Ariane Cohen-Adad : violon, viola, chant
Jefferson Louvat : mandoline, mandola, mandocello, chant

Jefferson Louvat : mandoline, mandola, mandocello, chant

Jefferson a commencé la mandoline américaine à 11 ans sans savoir de quel instrument il s’agissait exactement.
Le son crystallin semblable à une « pluie d’étoiles » le transportait dans un autre monde. Principalement autodidacte, sa curiosité l’a rapidement fait découvrir de fabuleux musiciens de la scène Bluegrass dont il s’est inspiré durant de très longues années.
Une des collaborations les plus marquantes fut celle avec son frère Steve (LOUVAT Bros– Liz Meyer award 2012 du groupe Bluegrass le plus innovant d’Europe) avec qui il a joué depuis toujours. Deux amis et musiciens légendaires, le violoniste Byron Berline et le banjoiste Bill Keith furent déterminant dans son accès à la scène US. De concerts intimistes en passant par les festivals aux lieux mythiques comme le Grand Ole Opry de Nashville, l’International Bluegrass Music Association (IBMA), il a parcouru les quatre coins de l’Amérique du Nord et de l’Europe.
La virtuosité instrumentale acquise par l’école du Bluegrass conjuguée à sa sensibilité particulière héritée de ses origines hongroises sont au service d’un style de jeu raffiné, authentique et dynamique.
Jefferson est régulièrement sollicité pour participer à divers projets, stages, enregistrements.
Il représente les mandolines Northfield, firme basée dans le Michigan http://northfieldworkshop.com/artists/jefferson-louvat

Ariane Cohen-Adad : violon, alto, chant

Au coeur de l’expression musicale, Ariane développe un jeu de violon sensible et sans frontières. Elle obtient ses prix de conservatoire en violon classique, écriture et formation musicale en 2008 et 2010. Dès sa jeunesse, son père l’initie à la musique klezmer à travers divers projets de théâtre, contes et chansons yiddish. Le groupe Dibouk, animé par cette flamme, réalise depuis 2004 de nombreux concerts, bals et ateliers pédagogiques basés sur la transmission orale et la culture yiddish. Sa rencontre avec David Brossier est déterminante dans son ouverture aux musiques de Roumanie et des Balkans. Depuis 2015, elle joue à ses côtés dans Quintet Bumbac, quintette qui met à l’honneur les instruments à cordes frottées et leurs subtilités (www.quintetbumbac.com). Avec Ciuc, elle expérimente le métissage entre musiques traditionnelles de l’Est et improvisation libre.
Riche d’un parcours éclectique, elle a multiplié les expériences tant dans les autres esthétiques musicales (orchestre classique, musique de chambre, musiques actuelles amplifiées, musiques traditionnelles d’Europe et d’Amérique, collectif d’improvisation) que dans les autres formes d’art (danse, théâtre, théâtre de rue). Ariane est également diplômée d’une licence de musicologie (Sorbonne, Paris) et d’un double Diplôme d’Etat pour l’enseignement du violon et des musiques traditionnelles (CEFEDEM, Lyon). Elle suit actuellement une formation en Art-thérapie afin d’ intervenir en tant qu’artiste dans les milieux sociaux et de soin.